Intolérance au lactose ou allergie aux protéines de lait ?

 

Image issue de iStock

 

Intolérance au lactose ou allergie aux protéines de lait ? Peut-être vous êtes-vous déjà posé cette question comme beaucoup de Français qui digèrent mal le lait de vache et les produits laitiers qui en sont issus.

En effet, le lait fait partie de notre nourriture de base et sa consommation est fortement encouragée par les pouvoirs publics pour des raisons de santé (et de surproduction !).

Pourtant, le lait est aujourd’hui de plus en plus remis en question en raison des cas fréquents d’intolérance au lactose et d’allergie aux protéines de lait.

Étudions les deux situations afin de dissiper cette confusion fréquente.

 

 

COMPOSITION DU LAIT DE VACHE

Le lait est un aliment composé de protéines (caséines), d’un glucide nommé lactose et de matières grasses.

Le taux de ces dernières n’a pas d’impact sur la question qui nous intéresse ici, comme l’indique le tableau ci-dessous. Rappelons tout de même qu’on distingue trois types de lait dans le commerce : le lait écrémé (sans crème), le lait demi-écrémé (dont on a retiré la moitié de la crème) et le lait entier avec toute sa crème.

 

Composition nutritionnelle de 100 ml de lait

Lait entier Lait demi-écrémé Lait écrémé
Énergie (kcal) 63 46 34
Protéines (g) 3,2 3,2 3,3
Glucides (g) 4,6 4,6 4,6
Lipides = matières grasses (g) 3,5 1,6 0,2

 

 

 

INTOLÉRANCE AU LACTOSE

 

Lactose : mécanismes de digestion et intolérance

 

Le lactose est un disaccharide, c’est-à-dire un glucide formé de deux molécules reliées entre elles, comme l’indique le schéma ci-dessous. Pour assimiler ce glucide, l’organisme doit le découper en glucose et galactose au moyen d’une enzyme produite dans l’intestin grêle : la lactase.

 

lactose

L’intolérance au lactose, une sensibilité au glucide double du lait

 

Si le corps ne fabrique pas de lactase, le lactose posera des problèmes de digestion au bout d’une heure, parfois moins : flatulences, crampes abdominales voire même diarrhée. En effet, le lactose non digéré passe « entier » dans le côlon déclenchant des gaz et accélérant le transit. L’intensité des symptômes dépend du pourcentage de lactase encore produite…

 

Une fois passé l’âge de la petite enfance, la production de lactase décroît jusqu’à 18-20 ans.

On estime en France que 20 à 50% des adultes ne disposent plus que de 10% de leur production initiale de lactase. La prévalence de l’intolérance au lactose varie selon les régions du monde et parfois au sein des pays. En France, l’intolérance au lactose touche 50% de la population dans le Sud du pays contre 20% au Nord!

 

Si les intolérants au lactose sont indisposés après la consommation de lait animal, de fromage blanc, yaourt et crèmes dessert, ils digèrent le beurre et une grande majorité de fromages.

 

Aliment Teneur en lactose pour 100 g
Crème dessert type Danette 6,8
Lait de vache et de brebis 4,8
Lait de chèvre 4,3
Yaourt nature 3,8
Fromage blanc 3,5
Crème fraiche entière 2,8
Fromages fondus 2 à 3,7
Parmesan, Gruyère, Comté traces
Fromages à pâte persillée (« bleus ») traces
Camembert traces
Beurre traces

 

 

Pour résumer, l’intolérance au lactose concerne les adultes et adolescents. Elle est très rare chez les petits car ils produisent naturellement beaucoup de lactase.

Mais attention  aux fausses pistes ! Les dérangements intestinaux suite à la consommation de lait peuvent aussi venir d’une allergie aux protéines de lait…

 

 

 

Efficacité de lait sans lactose

 

Le lait sans lactose que l’on trouve aujourd’hui dans le commerce est un lait dans lequel les industriels ont ajouté de la lactase pour pré-digérer le lactose. Le glucide se retrouve ainsi en grande partie pré-découpé en glucose et galactose. Le lait sans lactose n’en est toutefois pas totalement dépourvu : il contient encore 5 gramme de lactose au litre (pour la marque Matin Léger de Lactel) contre 50 g pour un lait « classique ».

 

Le lait sans lactose peut donc aider les personnes intolérantes au lactose à continuer de consommer et cuisiner du lait de vache.

Il ne s’agit cependant pas d’une solution miracle, et peut même être une solution inefficace si l’élément sensibilisant du lait sont en fait les protéines du lait de vache… En effet, on peut tout à fait bien digérer le lactose mais être allergique aux caséines.

 

 

 

ALLERGIE AU LAIT DE VACHE

 

Caséines du lait de vache et sensibilité

Le lait animal contient des protéines très sensibilisantes : la bêtalactoglobuline et surtout les caséines. Si le lait de vache est le champion en la matière, le lait de chèvre comporte moins de caséines et davantage d’azote non protéique. C’est pourquoi il est souvent mieux toléré des sujets allergiques.

 

L’estomac humain ne contient pas l’équipement enzymatique nécessaire à la digestion des caséines, à différence des animaux ruminants qui produisent de la présure.

 

La sensibilité aux protéines du lait se traduit souvent par des douleurs intestinales et une digestion globalement perturbée, avec une malabsorption de vitamines (du groupe B) et minéraux (calcium, magnésium, potassium) provoquant sur le long terme un terrain propice à l’ostéoporose -> en savoir plus dans cet article.

L’allergie aux protéines du lait de vache touche de plus en pus les tout petits qui, en plus des problèmes digestifs, souffriront aussi d’affections ORL (asthme, etc.) et/ou dermatologiques (eczéma…). Heureusement, dans 80% des cas, l’allergie infantile disparaît spontanément entre 2 et 5 ans.

 

 

Conséquence alimentaire

 

Dans le cas d’une sensibilité aux protéines du lait de vache, il faut totalement supprimer les produits laitiers animaux de l’alimentation : lait, fromages, crème, glaces, etc. Le lait sans lactose n’est bien sûr d’aucune utilité.

Pas d’inquiétude concernant les apports en calcium, ils pourront être assurés même sans produits laitiers (voir article à ce sujet)!

 

Image issue de iStock

Image issue de iStock

Les laits végétaux sont alors d’un grand secours. Qu’ils soient fabriqués à partir d’amande, de riz, de soja, de coco, ces laits végétaux permettent de continuer manger « comme avant » sans bannir les crêpes, béchamel, flans et autres préparations à base de lait.

 

 

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 Comments

  1. marie novembre 13, 2016 8:45 Répondre

    Très bel article, très intéressant, ça donne envie de l’imprimer et de le coller sous le nez de tous les …s que je croise tous les jours

    j’ai les deux, c’est à dire allergie à la protéine de lait et intolérance au lactose, les symptômes sont un peu plus rapides et violents avec la protéine (surtout la crème fraîche) et se solde par 15 à 20 heures de sommeil, suivis de vertiges pendant 2 à 10 jours.

    Marie

  2. Zévelyne novembre 14, 2016 8:03 Répondre

    Tout est clair ! Souvent on entend n’importe quoi à ce sujet. Merci.

  3. Valérie novembre 14, 2016 9:12 Répondre

    Bonjour,
    je ne sais pas trop dans quelle catégorie me plaçait, car mes douleurs étaient au niveau de l’estomac, pas moyen de digérer, mon bol de lait le matin comme un plat avec de la crème fraîche. En plus à cette période, je mangeais beaucoup de sauce tomate, ce qui a dû accentuer mon irritation à l’estomac.
    Maintenant je prépare mon lait végétal moi même, je vais beaucoup mieux. Je cuisine à base de crème de soja et le fromage de chèvre me va bien.
    Il m’arrive exceptionnellement de manger un yaourt normal et ça passe mais j’ai tenté de consommer plus souvent des yaourts normaux et bingo re douleur à l’estomac.
    Donc maintenant c’est très loin pour moi.
    Et pour ma fille cadette même combat sauf que les problèmes étaient autres : otites à répétition, crises à gogo, peau sèche à tendance irritée avec montée de boutons (sur tout le corps) sans cause retrouvée. Donc une naturopathe m’a conseillé d’arrêter le lait, les yaourts, le fromage, etc.
    C’est plus difficile car ma fille n’avait que 7 ans au début donc on a fait un compromis : lait d’amande au petit dejeuner et bcp moins de fromage et elle a le droit aux yaourts. Son caractère s’est amélioré, plus d’otite, plus de montée de boutons mais sa peau est toujours sèche. C’est déjà ça. Maintenant qu’elle a 9 ans, on va essayer d’avancer en grapillant du terrain.
    Désolée pour ce long message.

  4. sylvieth47 novembre 14, 2016 10:03 Répondre

    Merci pour cet article très intéressant, clair, instructif et complet.

    http://sylvie47.canalblog.com

  5. Joëlle novembre 16, 2016 7:26 Répondre

    Merci d’avoir fait les recherches nécessaires à la publication de cet article très clair. Je ne savais pas que “sans lactose” signifiait “avec lactase”… Merci aussi d’avoir détaillé les symptômes des deux types d’allergie/intolérance. Cela explique pourquoi mon mari ne peut consommer aucun fromage de vache. Quand on habite en Auvergne, c’est dur!

  6. sylvie novembre 17, 2016 7:32 Répondre

    Je suis sensible au gluten et lait (diarrhée jusqu’à 10 fois par jour et grosse douleurs abdominale) mais j’ai découvert que si je prenais un peu de pain et un yaourt nature les effets s’annulaient entre eux. Donc chez moi diète à l’exception du gruyère que je digère et quand je sors je mange presque normalement et j’utilise la technique du yaourt pour rétablir ce fragile équilibre. petite astuce à partager si cela peut marché pour d’autre. ayant des problème de rhumatisme psoriasique et autre arthrite cela a amélioré (mais pas fait disparaitre) les inconvénients de ces maladies.

  7. reth novembre 17, 2016 9:23 Répondre

    enfin de vrai explications.
    tout est clair.
    merci pour le temps que vous nous offrez et pour le confort que vous nous apportez.

  8. mathy novembre 17, 2016 5:15 Répondre

    Merci pour cet article et pour les commentaires qu’il suscite. On en apprend chaque jour. Je vais pouvoir creuser ces pistes : le fromage lié aux crises d’arthrite et l’intolérance aux protéines de lait. Pour ce qui concerne les produits alternatifs au lait de vache, j’ai supprimé le soja après avoir lu sur ce blogue que, consommé en quantité, il peu provoquer des dérèglements hormonaux. Je confirme : nette amélioration.

Laisser un commentaire