Les bonnes raisons de mettre en place un régime sans gluten

 

Pourquoi de plus en plus de Français se lancent dans un régime sans gluten?

Si cette démarche demande de revoir intégralement son alimentation, le jeu en vaut vraiment la chandelle pour certaines personnes… quasiment 1 Français sur 5!

Voici les principales raisons de se lancer dans l’aventure.

 

Image issue de iStock

 

Parce que l’on est hypersensible au gluten (non celiac gluten sensitivity ou NCGS) comme 5 à 10% de la population

 

-> pour plus d’informations, rendez-vous sur le site de Thierry Souccar ou celui  du Dr Willem.

 

Un grand nombre de personnes sont, sans le savoir, hypersensibles au gluten : elles le digèrent moyennement et, s’exposant chaque jour à la consommation de blé et dérivés (tartines le matin, semoule le midi, pizza le soir…) aggravent peu à peu leur sensibilité.

 

Les symptômes de l’intolérance au gluten

Cette forme d’hypersensibilité au gluten constitue une “pathologie d’encrassage” qui apparaît petit à petit en fonction de la fréquence et des quantités d’ingestion du gluten. Ce denier irrite les parois intestinales, les rendant poreuses.

iStock

Les symptômes sont :

-> retardés : ils apparaissent plusieurs heures à plusieurs jours après la consommation de l’aliment incriminé.

-> rarement évidents car pouvant être en lien avec

  • la sphère digestive : maux de ventre, crampes, nausées, diarrhées…
  • ou extra-digestive : éternuement, larmoiement des yeux, nez encombré, éruptions cutanées, fatigue, insomnies, douleurs articulaires et musculaires, brouillard mental, dépression, anémie et bien d’autres perturbations…

 

 

Un diagnostic difficile

Cette diversité de symptômes complexifie l’identification médicale de la cause allergique, souvent ignorée ou méconnue des praticiens. Par ailleurs, il n’existe pas de tests cutanés, il faut éventuellement réaliser un test sanguin quantitatif (et non qualitatif).

 

Que faire si vous pensez avoir une intolérance au gluten ?

Si vous pressentez chez vous une intolérance au gluten parce qu’il y a des cas dans votre famille (l’hypersensibilité au gluten est héréditaire dans 10% des cas) ou que vous pensez expliquer vos problèmes intestinaux par une ingestion de blé ou dérivés, vous pouvez consulter votre médecin traitant. Il saura, j’espère, vous guider.

La seule façon de savoir si vous êtes sensible au gluten est de mettre en place un régime sans gluten strict durant 2 à 3 mois. Si vos symptômes disparaissent puis réapparaissent lorsque vous réintroduisez le gluten, il n’y aura plus de doute possible. Image issue de iStock

Pensez à supprimer également, du moins le premier mois, les produits laitiers (laits, yaourts, fromages…) qui fragilisent également la muqueuse intestinale.

nb : Il n’y a pas de test diagnostic pour la NCGS.

 

 

 

Parce qu’on est malade cœliaque comme 1% de la population

 

La maladie cœliaque est la forme la plus grave de l’allergie au gluten.

La forme classique de la maladie débute entre 6 et 24 mois, après introduction du gluten dans l’alimentation. Les jeunes enfants présentent des symptômes digestifs, un poids faible et un retard de croissance. C’est la forme la plus connue mais la maladie peut survenir à tout âge.

Chez l’adulte (forme tardive de la maladie), les symptômes digestifs sont plus ténus ou même parfois absents. D’autres affections témoignent cependant de la maladie : carence en fer, ostéoporose, arthrite… Les affections peuvent être handicapantes et parfois irréversibles.

Même si les patients identifient bien cette allergie en raison des symptômes flagrants, le diagnostic doit être posé par un médecin allergologue, au moyen de tests cutanés (appelés prick-tests) et sanguins.

 

 

Parce que l’on souffre de côlon irritable

 

15 à 25% de la population souffrent du syndrome du côlon irritable, également appelé colite, colopathie fonctionnelle ou encore colopathie spasmodique.

Ce pourcentage inclue des NCGS. D’ailleurs, il y a souvent confusion et l’intolérance au gluten chez l’adulte est fréquemment diagnostiquée en tant que syndrome du côlon irritable.

Cette pathologie représente environ 50% des motifs de consultations en gastro-entérologie. Souvent incomprise, elle est soignée avec des pansements intestinaux, des ralentisseurs de transit sans s’attacher aux causes profondes.

Pourtant, selon des travaux récents, un régime sans gluten améliorerait bien souvent la situation des personnes souffrant de cette maladie.

 

 

Pour réduire la progression de maladies auto-immunes ou inflammatoires chroniques

 

On parle de plus en plus de l’éviction du gluten pour réduire la douleur issue des maladies inflammatoires telles que :

  • polyarthrite rhumatoïde
  • rhumatisme psoriasique ou inflammatoire
  • sclérose en plaques
  • spondylarthrite ankylosante…

En effet, depuis le Dr Seignalet, d’autres ont vérifié que l’arrêt de la consommation de cette protéine permettait de soulager la douleur chronique et d’empêcher la maladie de progresser.

Plus d’informations dans cet article.

 

 

Parce que l’on veut retrouver la forme et éventuellement perdre du poids

iStock

Il s’agit du dernier argument à la mode. Parce que tel sportif a amélioré ses performances ou que telle star a perdu 10 kg et a retrouvé une belle peau. Les exemples ne manquent pas dans la presse people!

 

Mais y a-t-il du vrai dans tout cela ? Consultez l’article : Manger sans gluten fait-il retrouver la vitalité et perdre du poids ?

 

 

 

Conclusion 

 

Contrairement à ce que laissent entendre les pouvoirs publiques, la santé d’une personne sur cinq en Europe est susceptible d’être améliorée par un régime sans gluten! Cela signifie en contrepartie que 4 personnes sur 5 peuvent consommer des céréales à gluten sans éprouver de symptômes.

Alors, oui : le régime sans gluten s’adresse en priorité à 20% de notre population qui en a besoin pour des raisons de santé. Avec la disparition de leurs gênes permanentes, ils retrouvent un confort de vie!

Toutefois, nous gagnerions tous à diversifier notre alimentation en évitant de surconsommer les produits à base de blé, surreprésentés dans notre alimentation. Sans forcément éliminer totalement le gluten. Ce blog peut vous donner quelques idées!

 

-> Pour aller plus loin : La mode du régime sans gluten?

 

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

8 Comments

  1. Patrica septembre 18, 2014 8:11 Répondre

    Très bon article comme d’hab. Bises

  2. Kevin septembre 26, 2014 3:18 Répondre

    Merci pour cet article !

    J’ai récemment eu des symptômes me faisant penser à une intolérance au gluten, vu que ces symptômes sont apparus pile quand j’ai réintroduit du pain dans mon alimentation.

    J’avais pris spécialement du pain à base de seigle, vu qu’on m’avait dit (un diététicien) que c’était la meilleure forme de pain.

    J’ai récemment pris un pain spécialement sans gluten, mon dieu, c’était horrible !

    Encore merci pour cet article !

    – Kevin

  3. Valerie mars 28, 2015 9:30 Répondre

    Bonjour Victoria,
    Comme beaucoup d’autres, je découvre votre blog et je suis fan. J’ai entamé un régime sans gluten depuis 3 semaines sur les conseils de mon médecin. Je n’ai pas encore fait la prise de sang mais ça ne devrait pas tarder. Je ressens des améliorations même si rien de révolutionnaire. Je m’interrogeais sur votre article et notamment sur le conseil d’arrêter le lait également, le 1er mois au moins. Ce que je n’ai pas fait. Je continue lait, yaourts, beurre et fromages. Mais je suis passée au matin léger, le lait sans lactose, avec lequel je fais aussi mes yaourts maison. Est-ce suffisant ? Parce qu’arrêter le pain est déjà difficile mais alors arrêter en plus le fromage, ce serait une torture !!! Merci pour votre réponse et bravo pour ce blog très clair et bien expliqué 🙂

  4. Valerie mars 28, 2015 11:38 Répondre

    J’apporte quelques précisions par rapport à mon message précédent. J’ai remplacé le fromage blanc classique par du fromage blanc de brebis et je consomme surtout du fromage de chèvre et de brebis. Mais aussi de l’emmental râpé à la maison, du parmesan et j’aime beaucoup certains fromages au lait de vache que je consomme beaucoup moins depuis que j’ai commencé mon “régime” Et en y réfléchissant vraiment, j’ai réalisé les changements en 3 semaines : moins de boutons et points noirs sur le visage, un transit moins paresseux, moins de ballonnements, et moins voire plus de migraines après le dejeuner au bureau. J’ai encore de grosses migraines mais liées à un mal de dos récurrent pour lequel je vais voir une ostéopathe la semaine prochaine. Je n’avais pas vraiment réalisé tout cela car j’étais focalisée surtout sur la qualité de sommeil et la fatigue et là les “résultats” sont moins probants. Il faut dire que je pars de loin, j’étais Addict au coca, à raison de presque 2l par jour, au chocolat et grignotages en tout genre. En 3 mois c’est la révolution à la maison ! Jai commencé par plus de coca du tout puis plus de chocolat puis le sans gluten. Et en un an j’ai perdu 16kg sur les 40 que j’ai pris en 15 ans (1 mariage et 2 enfants ont eu raison de mon poids et surtout de ma volonté). Voilà, pardon c’est très long comme “témoignage” mais ça fait du bien d’en parler 🙂

    • Victoria mars 28, 2015 12:42 Répondre

      Bonjour,
      Le lactose (sucre du lait) est parfois difficile à digérer pour certaines personnes à l’âge adulte qui ne disposent plus d’assez de lactase (enzyme de digestion). Toutefois, le lactose n’est pas l’élément le plus sensibilisant du lait : ce sont les caséines (protéines). Tout comme le gluten (protéine également) ces caséines peuvent être allergisantes ou, en moindre mesure, irriter l’intestin et le fragiliser. C’est pourquoi on conseille de stopper le lait de vache au minimum quand on souffre d’une sensibilité au gluten (les laits de chèvre et brebis restent en général mieux tolérés). Les autres produits issus du lait de vache (fromages, yaourts, crèmes desserts, fromages blancs, glaces, beurre, crème) peuvent être soit conservés soit supprimés selon votre ressenti. Chaque individu est différent et je ne saurais vous donner un avis personnalisé. A vous de voir…

    • Victoria mars 28, 2015 12:58 Répondre

      En effet Valérie, vous partiez de loin comme vous dites!
      Supprimer les aliments riches en calories vides (auxquels on peut devenir accro) comme les sodas, c’est déjà une très bonne chose. Difficile au début mais sur le moyen terme, on se rend compte à quel point on se “pourrissait” la santé avec ces aliments inutiles.
      Passer au régime sans gluten, c’est une seconde étape vers une alimentation saine.
      Etant donné votre histoire alimentaire, vous avez raison de ne pas vouloir tout supprimer d’un coup (gluten et tous les produits laitiers). Cela pourrait s’avérer trop radical et difficile à tenir sur le long terme. Eviter les produits laitiers de vache, c’est déjà pas si mal!
      Je vous encourage à poursuivre dans cette voie! Vous verrez, votre santé va s’en ressentir!

  5. Valerie mars 28, 2015 3:06 Répondre

    Merci Victoria pour votre réponse. Je sors de mon magasin bio et j’ai même acheté de la margarine végétale !! Ce sera surtout un test parce que je n’ai rien contre le beurre. Et j’ai bien retenu vos conseils sur privilégier le mélange des farines plutôt que les mix sans gluten du commerce. J’avais déjà acheté la mix c et la mix pane de Schar donc je vais les terminer mais à l’avenir je ne m’en servirai plus. Encore merci parce qu’entre recettes et conseils, je trouve votre blog vraiment top :-). Maintenant il faut juste que je sois patiente et moins “survoltée” que je le suis par l’envie pressante d’avoir trouvé toutes les clés !!

  6. Laurine décembre 12, 2015 1:45 Répondre

    Très bon article.
    Et en effet en retirant le gluten de son alimentation il n’y a pas meilleur façon pour en ressentir les bienfaits externe et interne!

    Laurine

    http://lmcuisine.wordpress.com

Laisser un commentaire