Le soja, ami ou ennemi ? Histoire d’isoflavones et d’hormones

 

 

 

 

soja

On ne sait sur quel pied danser avec le soja.

Tantôt loué pour ses qualités nutritionnelles, tantôt dénigré pour son action hormonale perturbante, le soja a pourtant sa place dans une alimentation variée.

 

 

Courte histoire du soja en France

 

Si les Chinois et les Japonais consomment des produits à base de soja fermenté depuis longtemps, cet aliment n’est apparu en France qu’au XXème siècle.

Le soja est aujourd’hui cultivé de deux façons fort différentes :

  • intensivement, souvent à partir de variétés génétiquement modifiées, pour l’alimentation animale et la fabrication d’additifs alimentaires pour l’alimentation humaine (ex : lécithine de soja, un émulsifiant)
  • culture biologique en vue de la fabrication d’aliments diététiques et bio (lait de soja, tofu…).

 

 

 

 

Le soja, aliment-santé ?

 

Le soja est indéniablement un aliment très intéressant en raison de la qualité de ses nutriments :

  • protéines végétales utiles pour diversifier une alimentation, en particulier végétarienne, car elles contiennent tous les acides aminés essentiels
  • acides gras monoinsaturés et polyinsaturés favorisant la réduction de la cholestérolémie
  • polyphénols anti-oxydants
  • richesse en fibres alimentaires
  • absence de gluten et de lactose.

 

 

femme-prise-de-tete

Et si les isoflavones du soja étaient néfastes?

 

 

Faut-il craindre l’action hormonale des isoflavones du soja ?

 

Plus qu’un aliment, le soja peut être considéré comme un alicament car il nourrit et agit sur la biologie en même temps.

 

Le soja contient en effet des isoflavones. Une fois ingérées, ces substances agissent dans l’organisme un peu à la manière des hormones féminines que sont les œstrogènes. C’est pourquoi on nomme parfois les isoflavones « phytoestrogènes » (plus d’infos sur passeportsanté).

Nb : Leur effet est beaucoup plus faible que celui des œstrogènes naturellement produits par le corps ou synthétiques (hormonothérapie).

 

Consommé en quantité raisonnable (1 produit à base de soja par jour soit moins de 30 mg d’isoflavones), le soja apporte un réel bénéfice santé chez les enfants, adolescents et adultes.

Toutefois, une consommation répétée (plusieurs fois par jour) associée à un contexte personnel particulier, par exemple une carence en iode, peut provoquer des perturbations hormonales.

De même, le soja est fortement déconseillé chez les jeunes enfants avant 6 mois et, de façon plus souple, avant 3 ans (plus de renseignements sur biolinéaires).

 

 

produits_soja

Tofu, shoyu… les aliments issus de la graine de soja.

 

 

Conclusion

 

Le soja n’est pas indispensable à une alimentation équilibrée. Mais, du fait de ses apports nutritionnels bénéfiques et des produits de remplacement du lait animal qu’il permet de fabriquer, il serait dommage de s’en priver!

Privilégiez tout de même le soja issu de l’agriculture biologique ou au minimum non OGM.

Si les abus de soja peuvent parfois engendrer une perturbation hormonale, une consommation raisonnable s’avère tout à fait bénéfique. L’AFSSA recommande à ce titre l’utilisation des sauces d’accompagnement (tamari ou shoyu) et conseille d’éviter de dépasser pour les autres préparations à base de soja un produit par jour.

Enfin, gardez à l’esprit que la surconsommation d’une aliment peut favoriser l’apparition d’une nouvelle intolérance alimentaire, comme développé dans cet article.

 

 

 

Attention gluten !

 

Les produits transformés issus du soja peuvent contenir du gluten. C’est le cas du miso et du shoyu (sauce fabriquée à partir de soja et de froment).

En revanche, les produits suivants n’en contiennent pas :

*Abus de langage car ces termes devraient réservés aux produits animaux

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

10 Comments

  1. capucine avril 20, 2016 6:06 Répondre

    Merci pour toutes ces informations. Effectivement, le soja peut perturber l’organisme. Etant intolérante au lactose, j’ai remplacé les laitages par du soja. J’en prenais plusieurs fois par jour, croyant bien faire. Et du coup, j’ai développé des anti-corps thyroïdiens. J’ai dû arrêter toute prise de soja et je ne peux plus y toucher.
    La prudence s’impose donc, comme vous le dites.

  2. Joëlle avril 21, 2016 4:51 Répondre

    Merci pour toutes ces informations. Je me suis souvent posé la question des bienfaits ou non du soja. Je suis entièrement d’accord avec la phrase au-dessus de la mise en garde sur la possibilité de traces de gluten: il faut varier notre alimentation pour ne pas développer de nouvelles intolérances. Une raison plus pour éviter les produits industriels sans gluten, en particulier les gâteaux! On y retrouve trop souvent les mêmes farines, sans parler des nombreux additifs dont je suis obligée de me méfier. À nos tabliers!

    http://www.macuisinesanssulfites.com

  3. Pierre avril 21, 2016 6:23 Répondre

    Bonjour Victoria,

    Merci pour ton article !

    En matière de soja, je ne consomme que le natto , non pasteurisé ( environ 50 gr/semaine )

    Pour le miso, je ne l’achète qu’en bocal de verre , et je vérifie sur l’étiquette que ses composants ne contiennent pas de gluten.

    Aurais tu déjà expérimenté la farine de chanvre pour le pain ?

    d’avance merci !

    @+

    Pierre

  4. Brigitte avril 21, 2016 11:13 Répondre

    Bonjour Victoria !

    Le soja est, comme beaucoup d’autres aliments, à consommer dans le cadre d’une alimentation la plus diversifiée possible.
    Mais, comme tu le dis dans ton article, il permet de varier l’utilisation des “laits” végétaux.
    A noter que pour les femmes souffrant de troubles de la ménopause, il peut soulager certains symptômes. Mais sans en abuser bien sûr !
    Merci pour ces rappels 🙂

  5. mathy avril 21, 2016 12:30 Répondre

    Merci pour cet article très intéressant. Je trouve cependant que la notion de 1 produit par jour est un peu floue.

    • Victoria avril 22, 2016 7:02 Répondre

      Bonsoir Mathy,
      Je n’ai pas trouvé plus de précisions dans la littérature… Cela sous-entend un yaourt de soja ou un verre de lait de soja ou une portion de tofu (les crèmes de soja et autres sauces ne comptent pas vraiment comme telles car elles sont consommées en petites quantités).

  6. sylvieth47 avril 22, 2016 3:49 Répondre

    Merci pour cet article. J’avoue qu’il m’a beaucoup perturbée car mon fils de 13ans consomme du lait de soja tous les jours depuis que je l’ai sevré: risque t-il quelque chose?

    • Victoria avril 22, 2016 7:00 Répondre

      Bonsoir Sylvie,
      Il est conseillé que la consommation de votre fils en lait de soja (et autres produits issus du soja) ne dépasse pas une prise par jour. Mais nous n’avons pas tous la même sensibilité au soja (et à bien d’autres produits…), si bien qu’une consommation un peu plus importante n’a peut être pas d’incidence.

    • Stéphanie avril 23, 2016 11:42 Répondre

      Vers l’âge de 20 ans j’ai suivi les conseils d’un médecin et remplacé le lait de vache par du lait de soja pour des problèmes d’allergies.
      J’ai donc bu environ 1/2 litre de lait de soja sans OGM ou bio par jour, tous les jours pendant près de 15 ans. Je n’ai pris aucun autre produit à base de soja à part la sauce de soja de temps en temps donc tout repose sur ce demi litre quotidien.

      Je ne me suis rendu compte de rien car tout s’est fait très progressivement, mais pour moi j’ai pris une taille de bonnets au niveau de la poitrine , les seins durs et douloureux comme lors de la puberté au point que j’ai passé de nombreuses mammographies car mon médecin craignait un quist, par chance non, finalement le doigt à été pointé sur un problème hormonal.
      J’ai aussi eu une poussée d’acné que mon dermato a associé à un dérèglement hormonal et j’ai pris un traitement homéo pour réguler mes hormones qui a marché parfaitement mais quelques mois après son arrêt tous les symptômes sont revenus.
      J’ai aussi souffert de forts symptômes prémenstruels qui sont apparus vers mes 25 ans alors qu’avant je ‘n’avais jamais eu ce problème.

      J’ai fini par lire des articles sur les dangers du soja et ai décidé de faire le test, à peine 1 mois après l’arrêt du soja tous ces symptômes ont disparus et j’ai perdu près de 4 kilos.
      Donc il y a peut-être une quantité de soja qu’on peut consommer quotidiennement sans risque mais honnêtement sans aucune étude fiable sur laquelle s’appuyer je reste sceptique d’autant qu’une portion, ça veut dire quoi ? Et on ne me fera pas croire que l’effet sera le même sur un homme et une femme qui ont des équilibres hormonaux complètement différents ni pour une femme en fonction des étapes de sa vie (avant puberté, pendant, après et après ménopause).

      Donc moi personnellement je suis d’avis de limiter le soja à la sauce de soja voir crème si consommé en petites quantités et jamais quotidiennement et en cas de problème hormonal déjà en place je n’y toucherai absolument pas.

  7. mathy avril 25, 2016 8:25 Répondre

    Merci Victoria pour la réponse à la question et merci Stéphanie pour ce témoignage qui me met la puce à l’oreille. Si je comprends bien, il n’y a pas de test “médical” qui puisse confirmer un dérèglement hormonal dû au soja. Il s’agit d’un test empirique.

Laisser un commentaire