Intolérances et allergies croisées

 

eternuer

 

Intolérance au gluten mais aussi aux œufs, au riz, au maïs ou encore au fructose, les allergies croisées – également nommées polyallergies – sont en plein essor.

D’où vient ce phénomène ?

Faisons le point sur les allergies croisées touchant les aliments ou encore les pollens.

 

Mécanisme des allergies croisées

 

Une personne sensible à un allergène est souvent réactive à d’autres substances ressemblant à cet allergène. Un peu comme si l’organisme confondait les molécules…

 

fruits-coqueAinsi, on comprend aisément qu’un individu intolérant au blé sera sensible à d’autres céréales telles que l’orge ou le seigle (présence de gluten) ou encore le maïs ou le riz (absence de gluten). Le petit épeautre, un ancêtre du blé est quant à lui parfois toléré.

De même, on retrouve fréquemment des allergies à ces familles de plantes :

  • légumineuses -> arachide, soja, haricot
  • ombellifères -> céleri, carotte, persil, graines d’anis
  • fruits oléagineux -> amande, noisette, noix, noix de cajou, noix de pécan, pignon.

 

 

 

Cependant, les allergies croisées sont parfois surprenantes.

 

 

Allergies croisées aliment-aliment

 

Une personne intolérante au gluten présente un intestin si irrité par des années de consommation de pain, pâtes et autres produits que la muqueuse fragilisée peut induire une seconde intolérance alimentaire.

 

Gluten et lait animal

 

Image issue de iStock

Image issue de iStock

Il n’est pas rare d’être à la fois intolérant au gluten et au lait animal. C’est pourquoi on conseille dans le cadre d’un régime sans gluten de supprimer, au moins dans un premier temps, les produits laitiers animaux (lait, yaourt, beurre, crème, fromage) afin de mettre au repos l’intestin. Cette intolérance est parfois passagère.

Les caséines, principales protéines du lait, sont de grosses molécules très irritantes pour la muqueuse intestinale. Notre estomac ne possède pas les enzymes nécessaires à leur digestion, contrairement aux ruminants qui synthétisent la présure. Cette présure est justement utilisée dans la fabrication des fromages pour coaguler le lait.

Vous l’avez compris : une muqueuse intestinale déjà fragilisée par l’intolérance au gluten peut parfois ne plus tolérer les caséines du lait animal. D’autant plus que le diagnostic de l’intolérance au gluten ressemble souvent à un “parcours du combattant” : il survient très tardivement, après des années de consommation intense de gluten sans penser qu’il s’agit là de la cause du mal…

Notons toutefois que les laits de chèvre et de brebis sont mieux tolérés que le lait de vache, du fait de compositions protéiques légèrement différentes.

 

 

Plus d’informations sur le lait animal et l’ostéoporose dans cet article et sur lactose (sucre du lait) ici.

 

figuesGluten et fructose

 

Un certain nombre de personnes cumulent l’intolérance au gluten (ou maladie cœliaque) et l’intolérance au fructose. Ce sucre est présent dans les fruits et leurs dérivés, le miel ou le sucre de table.

L’intolérance au fructose peut résulter de l’irritation de la muqueuse intestinale du fait de l’intolérance au gluten. La malabsorption du fructose se traduit souvent par des crampes, diarrhées ou nausées.

Si le régime sans gluten permet de résorber les lésions de la muqueuse intestinale, l’intolérance au fructose peut n’être que transitoire.

nb : Plus d’informations sur le sirop de glucose-fructose et la malabsorption dans cet article de mon blog.

 

 

En outre, les allergies croisées peuvent concerner tant les aliments que les pneumoallergènes : pollen, poils d’animaux, acariens, etc.

 

dandelions

Les allergies croisées peuvent concerner les pollens et les aliments

 

 

Allergies croisées pollen-aliment

 

Ces polyallergies sont relativement fréquentes, l’allergie au pollen précédent souvent l’allergie alimentaire. Quelques exemples répandus :

  • pollen des graminées + cacahuète (arachide) et tomate
  • pollen de bouleau + amande, brugnon, carotte, céleri, kiwi, pêche, noisette, noix, pomme, pomme de terre
  • latex + abricot, avocat, banane, kiwi, sarrasin.

 

Pour approfondir les allergies liées aux pollens, c’est ici.

 

 

Un complément d’informations ? Consultez ces articles précédemment publiés sur mon blog :

 

 

 

 

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Comments

  1. Joëlle juin 3, 2015 11:58 Répondre

    Article intéressant, d’autant que l’on constate de plus en plus d’allergies (alimentaires en particulier) chez des enfants dont les parents ne souffraient pourtant de rien. Cela pose forcément question. A ces explications utiles que donne Victoria j’aimerais apporter mon témoignage: depuis l’adolescence, mon époux souffrait d’allergies aux pollens. Puis, il y a 20 ans, il s’est mis à avoir de l’asthme, occasionnellement d’abord, puis quotidiennement. L’allergologue chez qui nous avons consulté lui a fait faire des tests: allergies aux pollens, mais aussi aux acariens, aux poils de chats, de chiens… “Mon pauvre monsieur, vous êtes allergique à trop de choses, je ne peux rien pour vous!”
    Or, depuis son éviction du gluten, des produits laitiers, et de manière générale de tous les conservateurs (les sulfites sont devenus notre bête noire), PLUS D’ASTHME, PLUS D’ALLERGIES… Incroyable, non? Cela fait maintenant plus de deux ans qu’il se porte comme un charme. J’en conclus qu’une bonne alimentation, qui préserve l’état de notre flore intestinale, est essentielle pour notre santé générale. D’où l’intérêt de ce site, qui donne des explications compréhensibles par tous, et dont les recettes saines sont pour moi source d’inspiration. Merci Victoria.

    http://www.macuisinesanssulfites.com

  2. chirot juin 9, 2015 3:15 Répondre

    Comment en arriver au 0 symptôme ? Moi aussi ça fait 2 ans sans gluten sans lait d animaux et j ai encore un peu d’asthme (les allergologues m’avaient dit la même chose )amicalement

  3. Victoria juin 10, 2015 6:19 Répondre

    Bonjour Chirot,
    Si quelques symptômes persistent après éviction du gluten depuis longtemps, il y a peut être une intolérance à un autre produit…

Laisser un commentaire