La mode du régime sans gluten ?

 

 

logo_gluten_freeBeaucoup de personnes dans mon entourage me questionnent sur la mode du régime sans gluten. Les expressions “fantaisie”, “engouement”, “n’importe quoi”, reviennent souvent dans leur bouche.

 

 

Vous avez sans doute aussi croisé le chemin de personnes plus que septiques au sujet du régime sans gluten…

Mais comme dans bien des domaines, la méfiance provient souvent de la méconnaissance.

Alors, pourquoi cet intérêt récent pour le régime sans gluten? Sera-t-il temporaire ou durable?

 

 

Pourquoi cet intérêt récent pour le régime sans gluten?

 

L’hypersensibilité au gluten a longtemps été méconnue des Français car mal cernée et/ou peu prise en compte par le corps médical. Nos voisins européens n’ont pas tous été aussi lents à réagir…

Depuis une dizaine d’années, plusieurs facteurs ont contribué à faire connaître l’intolérance au gluten en France.

 

 

Une prise de conscience de certains professionnels de santé

 

Si les ostéopathes et naturopathes ont été les premiers à évoquer la piste de la sensibilité au gluten pour expliquer tel ou tel mal récurrent, certains médecins généralistes s’intéressent aujourd’hui à la thématique. Ceci grâce à une curiosité exacerbée et des recherches personnelles…

Car les médecins ne sont toujours pas suffisamment formés sur les allergies et intolérances alimentaires! En effet, les programmes et référentiels universitaires sont très lents à évoluer… Moi-même diététicienne-nutritionniste de formation, mon cours relatif aux allergies alimentaires (on ne parlait pas encore d’intolérances il y a 15 ans) n’avait même pas duré 2 heures! C’est vous dire l’étendue du manque à combler…

Le hic, c’est que les professionnels les moins enclins à remettre en cause leurs savoirs sont sans doute les spécialistes tels que les gastro-entérologues. Ceux, hélas, qui rencontrent les intolérants durant leur parcours du combattant pour comprendre d’où vient leur mal. Une aberration.

 

 

Image issue de iStock

Image issue de iStock

 

 

Un élargissement de la gamme de produits sans gluten disponibles sur le marché

 

Après les magasins bio, précurseurs de l’alimentation sans gluten, les super et hypermarchés développent des rayons spécialisés dans les allergies. On y trouve des marques type Gerblé mais aussi, de plus en plus, des marques auparavant uniquement disponibles en magasins bio.

Le plus : cela rend les produits sans gluten accessibles au plus grand nombre et souvent moins chers

Le moins : dans les supermarchés, le conseil manque cruellement!

 

Nb: dans de nombreux pays européens (par exemple en Espagne où je me suis rendue cet été), le choix de produits sans gluten ou sans lait, est bien plus important que chez nous, même dans une petite supérette!

 

 

 

Influence des célébrités sur l’effet mode du régime sans gluten

 

service_gagnant_djokovicOn ne peut pas le nier, le régime sans gluten fait parler de lui aujourd’hui en grande partie grâce aux célébrités (ou à cause, c’est selon) : Novak Djokovic, Victoria Beckham, Lady Gaga, Jennifer Aniston ou encore Gwyneth Paltrow, ces stars ont fait la lumière sur l’alimentation sans gluten.

Mais justement, par forcément en bien. L’aspect “mode” ou “fantaisie” de ce régime provient largement de cette médiatisation accrue. Et cela décrédibilise les personnes qui doivent manger sans gluten pour de réelles questions de santé.

 

 

L’interaction de ces différents facteurs a contribué à lever le voile sur le gluten en France. Aujourd’hui, les individus intolérants ou sensibles peuvent plus aisément mettre un nom sur les maux dont ils souffrent et agir en conséquence pour améliorer leur confort de vie.

 

 

L’engouement pour le régime sans gluten est-il temporaire?

 

Les personnes qui testent le sans gluten par curiosité ou pour faire comme tout le monde, vont se lasser tôt ou tard de cette alimentation contraignante.

En revanche, les personnes hypersensibles ne pourront pas s’en passer car c’est une condition nécessaire à leur confort de vie! En effet, une fois la sensibilité au gluten avérée (par un test alimentaire ou un dépistage), le suivi du régime est  souvent une révélation. Progressivement, l’individu ressent les bienfaits de l’éviction de la protéine sensibilisante, avec l’atténuation puis la disparition de l’inconfort et de la fatigue. Beaucoup parlent de “résurrection”.

 

L’alimentation sans gluten ne risque pas de disparaître, bien au contraire! Car il faut également prendre conscience des conséquences économiques de cette intolérance : pendant plusieurs années, les individus souffrants vont de médecins généralistes en spécialistes à la recherche de la cause de leur mal. Ils se voient prescrire des médicaments, des analyses et des examens coûteux, souvent en vain.

 

 

 

CONCLUSION sur la mode du régime sans glutenlogosansgluten

 

Loin d’être un effet mode, le régime sans gluten est bien parti pour perdurer. N’avait-on pas dit la même chose du bio auparavant?

Le défi actuel, pour les acteurs de la filière, est d’accompagner au mieux les intolérants au gluten dans la mise en place de leur nouvelle alimentation. Cela passe par une gamme de produits sans gluten qualitative et diversifiée, une information objective et critique, une aide pratique à l’élaboration des menus par exemple ou à la cuisine. Ceci afin de faciliter le vécu au quotidien du régime sans gluten et le rendre compatible avec nos rythmes de vie, personnels ou professionnels.

 

 

Enregistrer

Rendez-vous sur Hellocoton !

18 Comments

  1. brigitte octobre 3, 2016 11:45 Répondre

    Je suis bien d’accord avec vous et j’en ai assez d’entendre tous ces clichés sur le sans gluten proférés par des personnes qui n’ont jamais lu un article sur la nutrition…
    Le sans gluten va durer et se developper car comme nos amis industriels en ont mis partout et utilise des blés de plus en plus mutés , les intolérances et allergies ne peuvent que se propager.
    Depuis 8 mois je suis passée au sans gluten suite à un entretien de médecine quantique et ma naturopathe habituelle que j’ai revue récemment m’a félicitée sur l’état de mon foie et intestins (ce qui n’était pas habituel pour moi) et m’a largement encouragée à continuer

  2. Moon octobre 3, 2016 6:41 Répondre

    Bonsoir,
    ceci passe par des blogs comme le vôtre qui permettent un réel accès à la cuisine sans gluten sans se lasser, sans contrainte et en gardant le plaisir de manger.
    Merci pour la qualité et la diversité des articles qui accompagnent vos recettes, je ne passe plus une journée sans m’en inspirer.
    Belle continuation à vous.

  3. Laurence octobre 3, 2016 9:13 Répondre

    J’ai adopté le régime sans gluten de moi-même depuis de nombreuses années pour cause d’un dolichomégacolon (longs et très volumineux) sur hélicobacter pylori (bactérie +++ au niveau de l’estomac et cela ne me dérange pas le plus dur est que j’ai supprimé tous les aliments qui fermentent dans mes intestins et la liste est longue et acides . Cela n’est pas simple tous les jours !! mais c’est une lutte quotidienne que peu de personnes comprennent. Il faut garder sous le coude un brin d’humour !!!

  4. Capucine octobre 3, 2016 9:34 Répondre

    Je pense qu’il faut tenir bon malgré les remarques et moqueries des uns et des autres car ce qui compte c’est de se sentir mieux.
    Il faut toutefois savoir que selon les personnes l’amélioration peut être plus ou moins lente. En ce qui me concerne il m’a fallu 6 mois avant de voir de réels effets mais ça valait la peine. J’avais lu quelque part que cela pouvait être long alors n’ayant rien à perdre après des années de souffrance (brûlures, nausées, ballonnements, prises de médicaments, examens en tout genre,problèmes sérieux aux intestins …)je me suis lancée et cela fait 4 ans que je mange sans gluten et sans lactose et que je me porte très bien. J’ai même retrouvé le goût des aliments car ne pouvant manger ni graisse, ni sauce, tout est au naturel, cuit à la vapeur…et c’est bon.
    Merci Victoria pour votre blog qui m’aide beaucoup à trouver des recettes très sympathiques et aussi très faciles à faire.
    Une fois que j’ai a pris le pli entre les farines, les flocons, les céréales… j’ai rempli la cuisine de boîtes avec des étiquettes et cuisiner est devenu un vrai plaisir!

  5. carine octobre 4, 2016 6:57 Répondre

    Hey, je ne suis pas tout à fait passée au sans gluten mais je limite ma consommation. J’ai juste la chance qu’il ne s’agisse pas d’une intolérance pour ma part…
    Et j’ai arrêté de dire que je ne mangeais plus de gluten car en effet je me mange des réflexions de ce type sans arrêt… Sans parler carrément parfois de la haine patriote et la méfiance envers ces “extra-terrestes qui ne mangent plus trop de pain”.
    Il faudrait attendre que l’idée s’installe dans les mentalités, comme tant de choses 🙂
    Merci pour cette interview qui pose simplement les bases d’une opinion tout en restant ouverte.
    Et merci pour ce site qui procure des recettes simples pour limiter le gluten, même si cela nécessite de toute façon des efforts, des frais et de l’imagination.

  6. Valérie octobre 5, 2016 6:46 Répondre

    Depuis le moi de juin , je suis passé au sans gluten car intolérante , mais aussi au sans lactose , intolérance maximum au lait de vache , mais aussi au lait de chèvre et de brebis , ma santé c’est améliorée nettement et les douleurs de fibromyalgie ont déjà diminuées , avec ce changement de régime alimentaire , ce sont aussi des kilos qui s’envolent , et les gens pensent que ce régime je le fais pour perdre du poids alors que non . Cela fait des années que je souffrais , je commence à voir le bout du tunnel et croire à ma guérison . On ne fait pas ce régime par tendance ou par mode , on le fait parce que notre corps souffre .

    • Victoria octobre 7, 2016 6:21 Répondre

      En effet Valérie, ne perdons pas de vue que l’on change son alimentation, non pas par plaisir, mais par nécessité de santé!

  7. Sarah octobre 5, 2016 8:22 Répondre

    Cela va bientôt faire 4 ans que je mange sans gluten. Je suis intolérante au blé et il est vrai que le jour où le diagnostique est tombé. Je me suis senti perdu. Que vais je pouvoir manger ? puis j’ai découvert ce site qui m’a bien aidé au démarrage pour me repérer dans le rôle des différentes farine sans gluten. Il m’a fallu un temps adaptation mais pour rien au monde je me mettrai à remanger du blé. Depuis que j’ai arrêté le blé ma vie a changé plus de douleurs au intestin plus de diarrhée plus de mal de tête et surtout plus cette fatigue toujours présente. Pour ma part, les gens peuvent critiquer mais je les laisse parler.Ma santé est plus importante que de m’occuper des réflexions des autres.
    Merci Victoria pour toutes les informations que tu partages sur ton blog

    • Victoria octobre 7, 2016 6:21 Répondre

      Vous avez bien raison Sarah!

  8. Valérie octobre 7, 2016 7:00 Répondre

    Je n’aurais pas mieux dit Sarah ! Notre santé , notre priorité ! Et merci à ce blog pour nous aider dans notre nouvelle alimentation , je me sens moins perdu aussi !

  9. Helene octobre 9, 2016 2:07 Répondre

    Moi dont le repas préféré avait pour base pain craquant et beurre salé..hum, l’intolérance est aussi tombée un peu brutalement. Cependant, ayant dévelopé une maladie auto-immune sérieuse et assortie de douleurs et d’état de fatigue récurrents, cela a changé ma vision de l’alimentation. En trés peu de temps je me suis sentie tellement plus en forme ( effectivement moi qui galérais avec mes 3kg de trop, ils sont partis tout tranquillement en plus!), meilleur transit, moins fatiguée et douleurs en retrait très nettement. Alors si c’est arrêter gluten et lactose, voire ricaner certains ignares , ramer un peu pour dîner ds un resto, entendre ses enfants souffler parce que ” maman tu ne peux pas manger ca non plus?!( mais j’initie la famille doucement!) mais si c’est quelques contraintes face aux médicaments type chimio qui vont de pair pour traiter ma maladie si cela se dégrade , hé bien oui!!! Et merci aux ostéos et aux naturo ( certains medecins aussi) qui prennent le temps . Merci Victoria pour ce blog que ma soeur m’a fait connaitre, super ces recettes( en plus le gluten m’aura mise à la cuisine, on aura tout vu!!)

    • Victoria octobre 10, 2016 8:05 Répondre

      En effet Hélène,
      Une fois au pied du mur, on est bien obligé(e) de se mettre aux fourneaux, même si ce n’est pas notre tasse de thé! Et on se découvre parfois des talents cachés…
      Bonne continuation à vous.

  10. Loic octobre 22, 2016 9:09 Répondre

    bonjour ,
    votre article est ok pour moi ,
    mais vous ne donnez aucune piste scientifique pour expliquer la nécessité du sans gluten .
    perso je me suis diagnostiqué tout seul ,
    bien que j hésitait avec d autres maladies ,
    j ai fini par reconnaitre le problème avec certitude et aujourdhui je ne reviendrait plus au gluten ,
    ce qui manque en général c est la connaissance et la reconnaissance des symptomes de ce problème ,
    qui n est pas une maladie .

  11. Magali@TheLittleWhiteHouse octobre 24, 2016 5:39 Répondre

    Pour moi, le passage au sans gluten s’est fait dans le cadre plus général d’un régime anti-inflammatoire. Et il a fallu des mois avant de constater les premiers effets. J’adore cuisiner, j’ai changé mes recettes, mais ce n’est pas là qu’est la plus grosse difficulté… Je trouve que le fait d’avoir un régime “médical” pose parfois des problèmes socialement… Enfin, comme je vois le bon côté des choses habituellement, je dirais que cela permet de faire le tri parmi les “amis”.

    • Victoria octobre 25, 2016 4:26 Répondre

      En effet Magali, ce genre de situation permet de voir rapidement parmi le cercle familial et amical les personnes qui nous soutiennent…

  12. Martine novembre 11, 2016 4:55 Répondre

    Depuis 8 mois sans gluten et sans lactose, je revis ! Les douleurs lombaires ont disparus, ne reste que quelques douleurs résiduelles aux hanches. Je m’y suis mise seule après avoir lu le livre de Jacqueline Lagacé. J’ai attendu d’avoir des résultats pour en parler à mon médecin mais celui-ci ne semble pas intéressé et ne semble pas vraiment y croire, c’est pas grave, les résultats sont là. Je dit que je mange sans gluten et ceux que ça dérange et ben je m’en fout !!!

  13. AGNES DELOURMEL novembre 13, 2016 9:02 Répondre

    Moi aussi cela plus d’un an et demi que je mange sans gluten, sans lait animal, sans pleins d’autres choses.
    le plus dur pour moi c’est sans oeufs. Rien ne peut les remplacer. la texture n’est pas la même et le goût je ne vous en parle pas.
    pour le sans gluten ce qui me manque le plus c’est les crêpes je suis bretonne et ancienne crêpière. et nous tous les dimanches soirs c’étaient crêpes le soir.
    Chez soi c’est facile il suffit juste de changer les aliments mais quand on sort c’est autres choses.
    Beaucoup de restaurant cuisine encore au beurre (chez nous en Bretagne). du coup je mange des frites hiiiiiii et pour les protéines pas facile non plus, car je n’ai pas le droit au boeuf etcccc et le poisson cuisiné aussi au beurre.
    Là où c’est super c’est les resto BIOCOOP (pique prune) car resto végétarien et ils font du sans gluten, sans lait. mais malheureusement ouvert seulement le midi.
    Pour la famille et les amis pas toujours facile et je les comprends car je n’ai pas qu’une seule intolérances.
    Pour conclure, merci à toi Victoria car tes conseils et tes recettes m’ont permis de passer le cap sans difficulté.

    • Victoria novembre 13, 2016 8:01 Répondre

      Je comprends Agnès, remplacer les œufs n’est pas aisé du tout… Malheureusement ce n’est pas ma spécialité!

Laisser un commentaire